Le principe de la web-radio est de diffuser un contenu audio en utilisant le réseau internet au lieu du réseau hertzien (celui des radios type FM).

Les émissions peuvent être en direct ou bien en différé, accessibles alors comme dans notre proposition, sous forme de fichiers audio lus à la demande de l'auditeur.

Pour trois minutes d'émission, il faut :

- trouver un sujet qui touche les auditeurs

- rédiger un texte, des questions pertinentes

- exercer sa diction

- faire l'enregistrement

- s'occuper du montage : écouter les prises de son, choisir ce que l'on garde, organiser les fichiers de son

- créer parfois un accompagnement musical

- préparer la page sur le site : le texte, les images

- publier, enfin !

Soit en moyenne dix heures de travail collectif...

Les élèves qui participent à la web-radio se réunissent au mieux une heure par semaine sur leur temps de récréation. Ils réalisent souvent les reportages en dehors de cette heure. Malgré tout, il n'est pas possible, faute de temps, de leur faire réaliser les émissions de A à Z. Mais ils participent à toutes les étapes et les adultes complètent leur travail en avançant ce qui prend trop de temps.

A. Turpault,  D. Jacquet

Les genres radiophoniques

1) Les sons (ils font appel à des sons autres que la voix du journaliste)

L'interview : questions-réponses entre le journaliste et la personne interviewée.

Durée :  de 2 à 3 minutes. Peut être réalisée en direct.

 

Le micro-trottoir : une dizaine de personnes prises au hasard répondent à deux ou trois questions identiques. Les points de vue exprimés doivent être différents ou complémentaires.

Durée : de 1 à 2 minutes. Obligatoirement enregistré.

 

 

2) Les papiers (ils sont écrits et mis en voix par le journaliste)

 

Le papier : exercice de base, le papier relate un événement, décrit une situation.

Durée : 1 à 2 minutes. Peut être lu en direct.

 

La brève : information courte, répondant aux questions quoi, qui, où, quand.

Durée : de 15 à 20 secondes. Lue en direct

 

Le compte rendu : papier relatant un événement de manière chronologique et assez complète, sans prise de position du journaliste.

Durée : 1 à 3 minutes. Peut être lu en direct.

 

Le portrait : description d'une personne, avec éventuellement des éléments biographiques.

Durée : de 1 à 2 minutes. Peut être lu en direct.

 

Le billet : court texte argumentatif qui présente le point de vue du journaliste sur un sujet de société.

Durée : de 1 à 2 minutes. Peut être lu en direct.

 

La critique : court texte argumentatif. Elle peut être littéraire, musicale, cinématographique, porter sur un jeu vidéo...

Durée : de 1 à 2 minutes. Peut être lue en direct.

 

La chronique : papier publié à intervalles réguliers sur un thème (culture, sport...).

Durée : de 1 à 2 minutes. Peut être lue en direct.

 

 

3) Les sons+papiers (ils associent interviews, éventuellement bruits d'ambiance et commentaires du journaliste)

 

L'enrobé :  reportage qui fait intervenir deux à trois personnes interviewées qui, par leurs points de vue différents ou complémentaires, enrichissent le propos. Dans un enrobé, le journaliste apporte ses commentaires par des phrases de relance (présentation d'un nouvel interlocuteur, nouvelle question, nouvelle information...) afin de dynamiser le reportage.

Durée : de 2 à 3 minutes. Obligatoirement enregistré.

 

La carte postale sonore : court reportage évoquant les détails et l'ambiance d'un déplacement, d'une visite, d'un séjour.

Durée : de 1 à 2 minutes. Obligatoirement enregistrée.

Source : CLEMI de l’académie de Bordeaux – Eric Bonneau et Olivier Gatefin – 2017